Vous êtes ici : Accueil / Interventions scolaires / Nature / La champagne de Méron et l'outarde

La champagne de Méron et l'outarde

Un site unique à Montreuil-Bellay

 

Les bulles de l'Est de la France n'ont rien à voir avec Méron ! Le mot "champagne" désigne aussi un espace plat, ouvert et sec, où les arbres sont rares. Il porte un nom plus exotique encore, celui de steppe. Avec la région de Doué-la-Fontaine, Méron offre un paysage de plaine unique en Anjou.

 

La flore est sobre

Calcaire, chaleur, sécheresse et cultures, permettent l'installation de plantes rares comme le millet printanier. D'autres, plus connues, trouvent ici un milieu qui se raréfie. C'est le cas notamment des bleuets, coquelicots ou nielles des blés, très présents autrefois dans nos paysages agricoles.

Les oiseaux batifolent

À certains endroits, le sol est trop mince et caillouteux pour accueillir des céréales. Une partie de ces terres est occupée par des jachères.

Dans ce milieu, là les prairies, les terres cultivées et les jachères se côtoient, les oiseaux trouvent une réserve alimentaire riche est variée. Les herbes hautes et la diversité des cultures favorisent la nidification du busard cendré ou de l'outarde canepetière.


L'outarde, la voyageuse de Méron

Une amie de Rabelais

L'outarde canepetière est présente dans nos régions depuis des lustres. Elle vient s'y reproduire après un long voyage depuis les terres espagnoles ou africaines. Elle aurait été baptisée par Rabelais qui aimait à se moquet du cri de cette "canne qui pète".

Un gibier prisé

Jusqu'en 1972, l'outarde canepetière est chassée et appréciée pour sa chaire tendre. Des enfants de chasseur de Montreuil se souviennent avec émotion avoir cheminé sur le plateau à la recherche de cet oiseau.

Un oiseau menacé

En 1972, l'Outarde canepetière est inscrite sur la liste des espèces protégées. La disparition des prairies liées à l'élevage rétrécie alors son milieu de vie. Rapidement, le nombre d'outardes inventoriées diminue. De 70 mâles en 1977, on n'en compte plus que 18 en 1992 et 17 en 2000.


Aujourd'hui, un site Natura 2000

L'Europe veille, les agriculteurs s'engagent

Le site de Méron fait partie du réseau des sites naturels remarquables à l'échelle européenne : Natura 2000. Les outardes sont présentes sur des terres gérées par 35 agriculteurs qui s'engagent à adapter leurs pratiques à leur cycle de vie.

Accueillir l'outarde, un défi collectif

Natura 2000 n'est pas un sanctuaire où toute activité humaine est interdite. C'est une démarche qui cherche au contraire à concilier la biodiversité avec l'économie et le social. Elle propose aux gestionnaires des parcelles concernées d'adapter leur activité à la présence des espèces moyennant une compensation financière.

Sur la zone de Méron, il y a de quoi faire, car malgré son nom, la steppe de Méron est loin d'être désertique. L'outarde doit composer avec les camions et les voitures, les activités des habitants du hameau, les agriculteurs, les éoliennes et les entreprises de la zone industrielle.

Un mélange qui a parfois du mal à faire bon ménage. Pourtant, avec Natura 2000, les élus et l'État ont affirmé leur responsabilité vis-à-vis de cette espèce et se sont engagés à en assurer la préservation pour les générations futures.

 

 
Dates réunion de préparation

Pour confirmer leur inscription les enseignants du primaire rencontrent les intervenants et le Parc en octobre.
Lien vers les dates des réunions

Demande de subvention

Lien vers le formulaire d'attestaton de réalisation d'animation